Read the kungfu novel
After The End
La date/heure actuelle est Mer 26 Sep - 04:28 (2018)

Amnaraëlle Tinh' Lanlyu

 
Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    After The End Index du Forum -> Règles et HRP -> Présentations
Sujet précédent :: Sujet suivant  

Auteur Message
A.Lanlyu
Pirate

Hors ligne

Inscrit le: 04 Juin 2008
Messages: 55
Féminin
Vocation: Pirate
Race: Humaine
Classe: Tireuse d'élite
Métier: Mousse
Niveau: 2

MessagePosté le: Lun 4 Aoû - 12:24 (2008)    Sujet du message: Amnaraëlle Tinh' Lanlyu Répondre en citant

FICHE DE PRESENTATION

Général :

Nom complet : Amnaraëlle Tinh’Lanlyu
Surnom : Aux audacieux d’oser la surnommer.
Age : 24 ans
Vocation : Pirate
Race : Humaine
Classe : Tireuse d’élite
Métier : Mousse
Taille : 1m73
Poids : 54 Kg



Description :

Physique :

Amnaraëlle a beau être pirate relativement entraînée, cela ne fait pas d’elle une armoire à glace bodybuildée gavée de testostérone, loin de là. Svelte et élancée, sa silhouette athlétique la maintient également à des années lumières de la chétive vendeuse de charmes qui joue de sa maigreur ou de sa rondeur pour attirer le riche pervers. (D’ailleurs, qui eut l’audace de la considérer comme telle eut tôt fait de s'attirer ses disgrâce.) Non, notre Amna possède les justes proportions de ces femmes actives qui savent rester femmes. De longues jambes, une petite taille assortie d’une petite poitrine, d’épaules carrées et d’un cou allongé. Musculature fine donc, mais musculature toujours. Son rythme de vie n’eut jamais permis à la moindre cellulite de s’installer par ici ce qui n’est pas forcément pour plaire à la gente masculine, amatrice de formes arrondies.
Amnaraëlle est l’allégorie du contraste. Femme pirate, jeune endurcie, féminité violente. Son attitude même traduit ces paradoxes. Une démarche à la fois légère et décidée, des gestes souples et fluides brisés par des coudes et des genoux pointus, une apparence d’assurance… Elle reflète un alliage entre la douceur d’une femme, et la fermeté dont elle a du faire preuve pour s’en sortir.
En demeurant dans le domaine de son allure, on notera des gestes précis, une excellente tenue, un dos droit et une mobilité constante qui riment avec efficacité.
Mais ayons pour une fois le souci du détail et attardons nous sur ce visage qui transpire la féminité brute, effrayante. Amnaraëlle n’est pas de ces précieuses qui passent des heures à se pomponner devant leur glace afin de séduire ces messieurs, très très loin d’elle cette idée. (Ce serait d’ailleurs du suicide aux vues de son entourage habituel : un équipage mojoritairement constitué de mâles en manque d’affection, du moins d'après elle) Elle se contente simplement de se maintenir dans les meilleures conditions d’hygiène que puissent lui offrir le métier de mousse (pas extraordinaires, donc). La beauté agressive de ce visage n’est pas le fruit d’un quelconque masque de poudre, d’un maquillage recherché ou d’une coiffure élaborée, ni même d’une vulgaire parure, mais bien celui de la génétique. Il y a 24 ans de cela, un très beau couple donnait naissance à ce fameux visage. Un grain de peau d’une finesse extrême, un nez de petite taille, encadré de pommettes légèrement saillantes et de petite oreilles arrondies. Mais surtout, une bouche délicieusement voluptueuse, surmontée d’un minuscule grain de beauté rappelant les mers chaudes ; bouche cependant très rarement éclairée par ce ravissant sourire qui mériterait qu’elle l’utilise davantage. Et enfin, un regard. Deux grands yeux verts en amande. Iris d’émeraude soulignés par le noir de ses cils sans fin et les ténèbres de ses longs cheveux d’un brun sombre (le plus souvent en bataille ou noués d’un lacet de cuir). Un regard captivant et captivé, un regard qui court et s’accroche sur les choses comme pour se les approprier, dérangeant, un regard où filtrent de nombreuses émotions contradictoires : détermination, hésitation, blessures, courage… Les traits marqués de ce visage là ne sont pas pour rassurer qui se risquerait à le fixer un peu trop longtemps. Il y a là quelque chose d’animal qui inspire la méfiance. Peut-être est-ce cela qui fait fuir les hommes bons.
Enfin, en restant dans le détail, on notera ses longues mains agiles et aguerries aux doigts effilés, marquées par le travail de mousse et le maniement de l’arbalète, ainsi qu’un sternum marqué faisant ressortir les reliefs des os à la base de son cou et donnant à son allure un petit quelque chose ajoutant à sa sévérité. Un signe particulier : une vilaine cicatrice lui parcourant tout le côté droit, des côtes à la taille et dont très peu connaissent l’existence car elle est systématiquement dissimulée sous ses vêtements.


Morale :

En apparence, Amnaraëlle est quelqu’un de très réfléchi. Elle fait toujours ses choix en fonction de la raison et du réalisme, et avec une assurance déstabilisante. Elle semble savoir ce qu’elle veut, être prête à courir des risques pour mener son petit bout de chemin, mais pas à sombrer dans le déraisonnable. Pour peu qu’on la côtoie depuis quelques temps, elle en imposerait presque. Normal, comment aurait-elle pu évoluer dans un tel milieu, sans ça ? Calme, elle n’en reste pas moins pleine d’énergie, et tout ce qu’elle entreprend, elle le fait avec sérieux et efficacité. Jamais à demi.
Toutefois, Amnaraëlle demeure discrète. Elle ne parle que rarement ; en tous les cas elle ne s’incrustera pas dans une discussion où elle n’est pas conviée. Peut-être parce qu’elle pense qu’elle ne sera pas la bienvenue en tant que femme. C’est aussi cela qui la pousse à ne répondre que rarement aux provocations quotidiennes. En bref, la vie sociale de notre Amna est des plus désertiques. Elle ne sympathise pas avec les autres femmes sur le bateau car elle ls considère comme des greluches soumises aux hommes, ou des assoiffées de pouvoir qui ne sont là que pour mater le mâle. Quant aux hommes… elle n’est bien sûr pas une des leurs.
Oui, Amna a le jugement facile. Elle a la pensée crue, presque méchante. En réalité, elle n'a plus confiance en le genre humain. Elle a aimé la nature humaine par le passé et cela lui a coûté trop cher pour qu'elle persévère sur la voie de l'amour de l'humanité. D’équipages en équipages, elle a rencontré de nombreuses personnalités mais jamais ne s’est fait d’ami ou autre. Trop refermée sur elle même sans doute, personne n’a eu le courage et l’envie de percer à jour la jeune femme qui peu à peu devient de plus en plus aigrie et ne parvient plus à voir le bon en chacun.
Du fait de son éducation, Amna a dû se faire sa propre idée de la morale. Selon elle, tuer n’est donc pas un tort. C’est une simple question de survie. Dans ces temps difficiles, vivre sans avoir à utiliser son arme, c’est vivre cloîtré chez soi… ou vivre jusqu’au prochain coin de rue. N’ayant pas dans l’idée de mettre sa vie en péril, mais pas non plus de vivre comme toutes ces femmes, au dépend d’autrui, Amnaraëlle a décidé de ne pas laisser rouiller son arbalète. Mais pourquoi la piraterie ? Elle ne saurait le dire. Le pillage et la violence gratuite ne sont pas des choses qu'elle soutient. Notre Amna essaie donc de se faire une place parmi les équipages les moins belliqueux. Pas prête à renoncer à la navigation. Prête à mettre de côté ce qui est « bien ».
Amnaraëlle aime cette vie de nomade qui emporte avec lui sa maison. Elle aime les sensations que lui procurent le vol, la liberté, la découverte, l’adrénaline lors des attaques, le risque contrôlé, les soirées à observer tous ces pirates, amoureux du ciel comme elle. (peut-être un résidu de sa foi en l'homme?) Elle aime son métier car il ne laisse jamais de place à l’ennui, elle aime se rendre utile. Peut-être cet acharnement au travail cache-t-il des plaies plus profondes.
Car oui, la jeune femme assurée n’est pas sans faille. Elle dissimule dans les recoins de son passé quelques entailles, bien enfouies au plus profond d’elle même et dont elle essaie de se faire des forces. Mais tout n’est pas toujours si facile et qui mettra le doigt sur l’une de ces blessures risque bien le coup de sang déraisonné d’une Amna à fleur de peau. De quoi contraster avec son caractère habituel.


Equipement et style :

Vêtements :

Amnaraëlle n’a pas la carrure requise pour porter de lourdes armures. D’ailleurs, elle ne les supporte pas et n’en aurait besoin qu’en temps de combat... ce qui n’est pas si fréquent. Au final, elle ne jure que par les pantalons et les armures légères. Une tenue qui la laisse libre de ses mouvements, qui conserve intacte sa grande agilité et n’handicape pas sa capacité à se mouvoir. Notre jeune femme porte donc un simple bustier de cuir sous sa chemise blanche, elle même glissée dans un pantalon de daim brun resserré à la taille par une ceinture du même cuir que celui des bottes à lacets qui lui enserrent les chevilles. Par la fraîcheur de la nuit, elle portera également un long manteau brun à boutons.
Cette tenue vestimentaire des plus masculines lui a valu et lui vaut toujours nombre de regards en coin et de rictus malveillants. Certains hommes n’apprécient pas l’idée qu’une femme puisse exercer un métier autre que celui d’élever ses enfants ou servir ces messieurs, et surtout pas celui de pirate. Ils se sentent blessés dans leur virilité à savoir qu’une femme puisse « prendre la place » de l’un des leurs. Moqueries, bizutage, on aura voulu lui en faire baver. Mais la belle a assez de ressources pour passer outre.


Armes :

En toutes circonstances, Amnaraëlle est munie d’une dague à sa ceinture, héritée de sa première mère. De quoi se défendre en dernier recours. Mais en cas de combat, elle chausse au plus vite son carquois de flèches et empoigne son arbalète. Flèches classiques, flèches empoisonnées, flèches enflammées, Amna a plus d’un tour dans son sac.


Style de combat :

Amnaraëlle a suivi une formation accélérée de combat au corps à corps et de combat à l’épée. Elle ne connaît que les rudiments de ces deux disciplines, assez pour se défendre et se maintenir en vie quelques minutes face à un adversaire (encore eut-il fallut avoir à ce moment là une épée sous la main...). Non, elle n’excelle pas dans ces styles de combat ; son domaine d’action à elle, c’est le tir à distance.
Son œil vif et sa dextérité étaient déjà un terrain fertile, propice à l’apprentissage du tir d’élite. Amna, aujourd’hui assez expérimentée, ne manque que rarement ses cibles et enchaîne les tirs à une allure plus que respectable. Meurtrière à distance, dès qu’on s’approche un peu trop d’elle en revanche, ou qu’on la désarme, on ne craint plus grand chose. Dans ces conditions, la plus grande force de la jeune femme est l’esquive. Il est presque exclu pour elle de tuer en combat rapproché, surtout pas face à ces nombreux tas de muscles qui arpentent les mers célestes, mais pas de survivre. Douée de très bons réflexes, d’une bonne souplesse et d’une grande capacité à l’anticipation, son seul moyen de se débarrasser de son ennemi est de le rendre fou en ne laissant jamais aucun coup l’atteindre. Elle possède également l’avantage de son sexe : ses adversaires ne se doutent parfois pas qu’elle puisse avoir quelque ressource que ce soit en terme de combat.


Passé et avenir :

Histoire :

Oui, comme je l’ai déjà évoqué, Amnaraëlle est bien le fruit d’un couple de créatures délicieusement splendides… physiquement parlant. La morale et la qualité de vie des deux jeunes gens qui lui ont donné naissance était d’un autre acabit. En réalité, Amna est le fruit non-désiré d’une relation malsaine. Sa mère était fille de joie dans un établissement de Biancalucce sur l’île de Sveglia, et son père, bel amant de passage, dont l’excellente situation n’écartait pas son penchant donjuanesque. Amna ne connut donc jamais son père biologique qui n’était d’ailleurs probablement même pas au courant de son existence. Elle vécut toute son enfance avec sa trop jeune mère, dont le métier ne lui permettait ni de s’occuper dignement de sa fille, ni de la nourrir correctement et encore moins de lui offrir une éducation saine. En ces années là, Amna passait ses journées à parcourir la ville malgré son jeune âge, à rire avec ses amis des rues, à dessiner. Son art de la débrouille, elle le tient de ces années là où il ne se passait pas un jour sans qu’elle trouvât de vieux meubles à l’abandon ou qu’elle chipât un pain sur le marché. Bien qu’elle ne l’eut pas désirée, la mère d’Amnaraëlle l’aimait sincèrement et fit tout son possible pour lui offrir une possibilité d’avenir différent du sien propre. Elle ne souhaitait pas que sa fille marche sur ses traces et grandisse davantage dans ces conditions. Aussi, lorsqu’Amna eut fêté son douzième anniversaire, elle la vendit à un couple dans l’incapacité de procréer, et mourut de la syphilis à peine quelques mois plus tard.
Certes, la situation du couple adoptif était plus avantageuse, mais ce dernier n’était pourtant pas tellement plus reluisant que le précédent. Le père adoptif d’Amna, s’il n’avait pas le goût de la conquête, avait un sérieux penchant pour la bouteille. Il avait, avec sa femme, cherché plusieurs mois durant afin d’adopter un garçon qui pourrait lui succéder. En vain. Les familles qui se débarrassaient de bouches à nourrir conservaient jalousement leur garçons. Aussi, après que sa femme l’eut convaincu d’adopter une fille, il ne tarda pas à noyer son désespoir dans les abîmes de l’alcool. C’est sans doute à partir de ce moment là qu’Amna commença à cultiver des intérêts habituellement réservés aux garçons, ressentant le mal-être de l’homme qui avait bien voulu être son premier père (le biologique ayant fait faux bond). Sa mère adoptive, excessive dans tout ce qu’elle entreprenait, ne faisait qu’étouffer sa petit Amnaraëlle d’un amour plein de culpabilité, lui offrant des robes, des leçons de manières, d’écriture, de lecture, de sciences, de piano. C’eut au moins pour avantage de donner à Amna un assez bon bagage culturel, mais la jeune fille commença à se désintéresser de toute cette mascarade. La philosophie fit germer en elle des idées d’injustices et d’inégalité et lui donna l’envie de faire un pied de nez au machisme ambiant. Espérant combler sa « fille » et consoler un peu son époux, sa mère adoptive lui offrit des leçons de combat pour ses 15 ans. C’est à cette occasion qu’Amnaraëlle apprit les rudiments de l’épée et du corps à corps sous les conseils d’un maître d’armes fort compétent. Mais elle se révéla rapidement bien plus douée au tir à l’arc et à l’arbalète. Discipline dans laquelle elle se perfectionna au fil des années.
Entre maman poule et papa dépressif, Amna dut chercher son équilibre ailleurs. A 17 ans, elle rencontra son premier vrai ami et tissa avec lui des liens si forts qu’ils ne demeurèrent pas longtemps simples amis. Une relation de complicité s’était rapidement installée entre eux, il ne se cachaient rien et tout ceci conduisit à un amour sincère et partagé. A 20 ans, Amna emménageait avec son cher et tendre, quittant ses parents adoptifs vieillissants. L’idylle semblait des plus saines et solides…bien que non assurée par un mariage. Ce ne devaient être que des apparences. Suite à une sanglante dispute, Amna quitta la ville et s’engagea dans la piraterie. Elle avait alors 23 ans et depuis un peu plus d’un an, elle navigue sur les mers célestes, d’équipages en équipages, à supporter ces messieurs.
Au final, c’est une enfance et une adolescence banale dans le chaos régnant à cette époque… Banale à l’exception de cet engagement dans la piraterie. Aujourd’hui, elle séjourne sur son île natale, à Portosporco. Loin d’être riche, elle paye une petite chambre-taudis à la Taverne du rat malade dans l’attente de trouver un équipage qui l’embaucherait en tant que mousse et non pas prostituée.

Projets : Pour le moment, les projets d’Amna sont forts simples : quitter cette taverne mal famée et rejoindre un équipage pour retrouver les plaisirs du vol et son vrai métier, mousse. Et en attendant… survivre.

Lieu de résidence : Taverne du rat malade, Portosporco.

Cryste :

Lorsqu’elle avait sept ans, alors qu’elle s’était un peu trop éloignée de Biancalucce, la trop curieuse Amna tomba dans un puit à l’extérieur de la ville. Ce puit avait servi plusieurs décennies plus tôt, il était abandonné depuis longtemps et personne ne venait plus y puiser d’eau car il était trop éloigné de la cité et qu'ils avaient depuis élaborés des systèmes plus efficaces. La jeune fille pataugea un moment dans l’eau glacée, appela à l’aide, mais personne ne vint la secourir.
Elle entreprit alors, toute maigre qu’elle était, d’escalader la paroi glissante du puit, priant pour y parvenir avant la nuit. Après de nombreuses tentatives infructueuses et glissades incontrôlées, elle commença à s’affoler. Elle n’avait que sept ans, mourir prisonnière d’un puit, de froid ou noyée, ce n’était pas exactement ce qu’elle avait prévu pour son avenir. Avec l’énergie du désespoir, à bout de forces, elle fit une énième tentative de grimpe. Elle monta un peu plus haut que les fois précédentes, et, alors qu’elle allait lâcher prise, une fois de plus, elle mit la main sur ce qui ressemblait fort à une émeraude.
A la grande stupéfaction de la petite fille, la pierre sembla se couler dans sa main et traverser sa peau. Au prix d’une douleur surprenante qui provoqua une nouvelle chute d’Amnaraëlle, le flux se glissa jusqu’à son épaule gauche et y laissa sa marque : un tatouage aux nombreuses arabesques d’un noir d’encre. Une étrange sensation envahit la petite Amna qui s’échappa du puit, sans trop se l’expliquer, dans la peau d’un majestueux aigle noir aux yeux d’émeraude.


_________________
Amnaraëlle Tinh'Lanlyu


Dernière édition par A.Lanlyu le Mar 5 Aoû - 17:54 (2008); édité 2 fois
Revenir en haut
MSN

Auteur Message
Publicité






MessagePosté le: Lun 4 Aoû - 12:24 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut

Auteur Message
Fenris X. Morgan
Admin

Hors ligne

Inscrit le: 01 Juin 2008
Messages: 125
Masculin
Vocation: Chasseur de primes
Race: Humain
Classe: Sabreur
Métier: Coq
Niveau: 4

MessagePosté le: Lun 4 Aoû - 14:28 (2008)    Sujet du message: Amnaraëlle Tinh' Lanlyu Répondre en citant

Superbe fiche. ^^ J'aime beaucoup. Tu écris vraiment bien. Il y a juste une petite chose sur laquelle il faudra faire attention: bien qu'elle ne se prétende pas féministe, ton personnage a des idées biens arrêtées sur le machisme des hommes dans ce monde. Faudra faire attention à ce que tous les hommes ne soient pas des idiots abrutis de désir sexuel pour la moindre femme qui passe. Les femmes sont très nombreuses sur les navires pirates ou de la marine, et même si effectivement certains sont des machos incurables, une grande partie considère les femmes comme des adversaires digne des hommes. (Voir pire, on sait jamais ce qu'il y a dans la tête d'une femme. Mr. Green )

Bref, fais juste attention à ça. A part ça, l'explication pour le cryste est un peu courte, mais vu la qualité de la fiche, je passerai outre pour cette fois.

Donc je crois que j'ai rien d'autre à ajouter à part que tu es bien sûr validée. Pour moi en tous cas. Faut voir ce que dit Key, mais à mon avis, il y aura aucun problème. ^^ Une fois que tu auras les deux voix, tu pourras commencer à jouer.

Félicitations et bon jeu. ^^

Revenir en haut

Auteur Message
A.Lanlyu
Pirate

Hors ligne

Inscrit le: 04 Juin 2008
Messages: 55
Féminin
Vocation: Pirate
Race: Humaine
Classe: Tireuse d'élite
Métier: Mousse
Niveau: 2

MessagePosté le: Lun 4 Aoû - 15:02 (2008)    Sujet du message: Amnaraëlle Tinh' Lanlyu Répondre en citant

Merci.
Pour ce qui est de ses idées, oui, elles sont très arrêtées, je changerai peut-être une ou deux choses à ce sujet parce que je n'imaginais pas qu'il y ait tant de femmes que ça.
En tous les cas, c'est un fait exprès, et je compte faire découvrir à Amna que tous les hommes ne sont pas pourris en rp, justement pour la faire changer d'avis à leur sujet. Elle est jeune, et les hommes qui se sont adressés à elle ne l'ont généralement pas fait en des termes très respectueux. Je tirerai ça un peu plus au clair dans ma fiche perso.
A vous de changer son opinion!

Pour le cryste, j'étofferai ça d'ici peu!
_________________
Amnaraëlle Tinh'Lanlyu
Revenir en haut
MSN

Auteur Message
Key Ameilyn
Admin

Hors ligne

Inscrit le: 02 Juin 2008
Messages: 88
Masculin
Vocation: Pirate
Race: Elfe
Classe: Guerrier
Métier: Navigateur
Niveau: 2

MessagePosté le: Lun 4 Aoû - 15:29 (2008)    Sujet du message: Amnaraëlle Tinh' Lanlyu Répondre en citant

Je plussois Fenris, tout est bon, quelle écrivain tu fais Amna !

Mais je ne donne pas mon accord, na !









Quoi on me Bannir  ??

Bon ok tu l'as.... Razz


Bon RP Okay
_________________
Revenir en haut
MSN

Auteur Message
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 04:28 (2018)    Sujet du message: Amnaraëlle Tinh' Lanlyu

Revenir en haut

Montrer les messages depuis:   
Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    After The End Index du Forum -> Règles et HRP -> Présentations Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2018 phpBB Group.
Theme Designed By Arthur Forum
Traduction par : phpBB-fr.com